Les peuples des plateaux 6

La musique repose d’abord sur le rythme plutôt que sur la mélodie : rythme des corps qui travaillent ou qui dansent, rythme des femmes qui pilent le riz. La gamme des sons n’est pas étendue malgré la diversité des instruments. On a trouvé des lithophones archaïques dans le sud du Tây Nguyên dont l’échelle des notes ne correspond à aucune aujourd’hui en usage. La plupart des instruments actuels sont tirés du bambou : flûtes simples, orgues à bouche (khènes), kômboat (ensemble de six tuyaux plantés dans une calebasse faisant caisse de résonance), xylophones, lame ou corde vibrante. Les plus célèbres sont le torung et le klongput des Êdê, Bahnar et jôrai qui ont été adoptés, enrichis et popularisés par les Viêts à travers le monde : le torung est un xylophone suspendu formé de tubes de bambou de différenes dimensions attachés ensemble sur lesquels on tape avec deux maillets, le klongput (réservé aux femmes) comprend jusqu’à douze tubes horizontaux qui résonnent au frappement des mains d’une ou de plusieurs musiciennes. Il y a aussi des trompes en corne de buffle ou de chèvre à embouchure latérale, des vio¬lons à une corde (autrefois végétale, aujourd’hui métallique) tendue sur une calebasse, des lames vibrantes en cuivre fixées entre deux tiges qu’on place entre les dents, des tambours à une ou deux faces en peau de bufflon ou de cervidé.

Les plus précieux des instruments sont les gongs en bronze et en cuivre, qui sont utilisés en jeux de deux à douze. Les uns ont un mamelon central (ehiêng), les autres n’en ont pas (công)’ On les joue séparément, en com-binaison entre eux ou avec des tambours et des clochettes. Certains peuples leur donnent un nom selon leur taille, leur son, leur couleur, leur surface (lisse ou inégale). Les gongs viennent des plaines, l’art des monta¬gnards consiste à leur donner à chacun le son désiré à l’aide d’un marteau. Ils sont uti¬lisés dans toutes les cérémonies et les fêtes, les réjouissances et les deuils.
Comme disent les Mnông :
s 7/ manquait la musique et le chant
C’est comme s’il manquait le riz et le sel.

A voir: circuits vietnam pas cher | Ninh Binh

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress