L’édification monarchique 7

Pour créer une classe de fonctionnaires nombreux et loyaux, rien n’était négligé pour parer le concours du prestige le plus grand et exciter l’émulation des candidats. Les docteurs avaient droit aux honneurs du xuong danh, c’est-à-dire à la proclamation de leurs noms et leur inscription sur un panneau d’or à la porte du palais; ils recevaient du roi leur habit, leur chapeau et leur cheval, et parti­cipaient 5 un festin ; ensuite, c’était le retour triomphal (vinh quÿ) au village natal, parmi le déploiement d’étendards, au son de tam­bours et de gongs. En 1484, Lê Thành-tông décide de faire graver les noms des lauréats sur des stèles de pierre de chaque côté de l’allée centrale du Van Miêu où les étudiants, sous la conduite de leurs maîtres, viennent se prosterner devant l’autel de Confucius le pre­mier jour de chaque mois.

La première inscription, qui porte la date du quinze de la huitième lune de la quin­zième année Hông-duc (4 septembre 1484), indique bien le sens de l’institution : l’heure actuelle, les examens et les concours offrent un spectacle unique et d’une très grande importance. Bien que cette magnifi­cence éblouisse toute une époque, elle ne suffirait pas cependant à perpétuer jusqu’au siècle des siècles le renom et le talent des lauréats. Aussi, des stèles sont élevées où sont gravés leurs noms pour que les étudiants viennent en foule les contempler, pour qu’ils soient remplis d’admiration et sentent naître en leurs cœurs de nobles sentiments et le désir de se donner au service de la dynas­tie… Cette pierre est comme le miroir fidèle du passé où déjà se réfléchit le plus lointain avenir. D’une part, elle sert à aiguiser dans l’âme des étudiants des sentiments de loya­lisme et d’honnêteté; de l’autre, elle tend à assurer les destinées de l’Etat… » (tr. L. Aurousseau).

A voir: voyages au vietnam et cambodge | 10 jours dans le sud du vietnam | Circuit Vietnam 12 jours | jardin aux oiseaux à ninh binh

Le statut des fonctionnaires est réglementé en 1477. La hiérarchie civile comprend neuf grades, la hiérarchie militaire six grades, chaque grade comportant deux échelons. Ainsi, les lettrés-fonctionnaires s’affirment comme la classe dirigeante tandis que son recrutement s’élargit lentement à des couches de moins en moins étroites de la population. C’est, cimentée par une idéologie rationnelle et totale, la stabilité de cette institution (contrastant avec la précarité du sort de ses membres soumis à l’absolutisme royal) qui a permis, à travers toutes les vicissitudes de l’histoire (révoltes paysannes, changements dynastiques, sécessions et invasions exté­rieures) la continuité du Viêt Nam ancien.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress