Le Sud 1

Le Sud est constitué tout entier par le delta du Mékong et de ses associés que limite à l’est le glacis méridional du Truong-son. Né au Tibet le fleuve a traversé le Laos et le Cambodge et s’est séparé à Phnom Penh en deux bras : le Tlên-giang (Mékong antérieur) et le Hâu-giang (Bassac). Le premier, à Vinh- long, se divise lui-même en cinq défluents. A ses alluvions se mêlent celles des deux Vàm-co et du Dông-nai descendu de la Cordillère annamitique.

Cai-Be2

On distingue trois régions qui n’en font presque qu’une, mélange intime de terre, d’îles et de canaux, flottant dans l’odeur enchantée des aréquiers et des papayers :
– Le Nord-Est, la partie la plus anciennement cultivée, aux terres grises et rouges favorables à la plantation d’hévéas, relativement hautes ; le delta du Dong-nai est coupé de marais et de forêts de cajeputs et de palétuviers.

Cai-Be3
Le Centre formé par les deux Mékong antérieur et postérieur (Bassac) est un terrain uniformément plat sur lequel s’élèvent de loin en loin des éminences appelées giỏng dont le sol alluvial fertile se prête à des cultures variées : cocotiers, manguiers, coton, tabac, mûriers, canne à sucre, etc., et par suite à l’habitat en villages. Tout autour s’étendent des rizières à perte de vue dont le vert tendre passe au jaune doré à l’approche de la moisson. Canaux et arroyos sillonnent en tous sens le paysage qui facilitent non seulement la navigation mais aussi la montée et la descente de la marée, ce qui évite la construction de digues comme dans le delta du fleuve Rouge. Entre les bras du fleuve subsistent des zones marécageuses non colmatées dont la principale est la plaine des Joncs (Dông thâp muoi).

– L’Ouest du Bassac est un pays plat jusqu’aux collines de la frontière cambodgienne. Il se constitue encore sous nos yeux grâce aux courants marins qui dirigent vers le sud- ouest la plus grande partie des alluvions,
donnant sa forme particulière à la pointe de Cà-mau ; la terre progresse de 60 à 80 mètres par an. Elle n’est pas encore consolidée, reposant sur d’immenses tourbières, dans un enchevêtrement d’arroyos et de mangroves.
Au total, le Sud couvre 63 000 km2 et porte 26,3 millions d’habitants, soit une densité de 417 habitants au km2. Hô Chí Minh- ville seule a plus de 5 millions d’habitants. La population est à très grande majorité Kinh. Les Hoa (700 000 – il y en a 200 000 dans le Nord) sont mêlés à elle dans les villes, les Khmers (1 100 000) concentrés le long du Bassac, les Chams (40 000) dans les provinces d’An-giang, Dông-nai et Tây-ninh.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress