Le bien-être 5

Hanoi VIetnam

En premier, bien sûr, c’est le thé lui-même, soit en feuilles, soit en boutons. Les espèces les plus renommées viennent de la Moyenne Région du Nord, en particulier de Thâi- nguyên (Tân-cuong) et de Hà-giang (Tuyêt- shan), les plateaux du Centre n’en donnent pas de la même qualité, sans doute en raison d’un climat trop chaud et de pluies trop abon-dantes.

Certaines personnes aiment le thé parfumé avec des fleurs telles que l’aglaé (ngâu), le chlorante (soi), le lotus (sen). A Hà-nôi, on cueille ce dernier à l’aurore sur le lac de l’Ouest au moment où le soleil se lève et que les fleurs commencent à s’ouvrir. Les raffinés écartent les pétales, mettent du thé dedans, referment les pétales et les attachent avec un brin de paille. On conserve le thé séché pendant un ou deux ans pour qu’il perde son amertume. Pour le parfumer, on le met dans un récipient en terre cuite en alter¬nant couches de thé et couches d’étamines. On recouvre le tout d’une feuille de papier do. Pour un cân (600 gr.) de thé, il faut de 800 à 1200 fleurs de lotus selon le degré de concentration désiré.

Hanoi VIetnam

Le deuxième élément est l’eau qui doit être aussi pure que possible. Elle vient de puits, de sources, de la pluie. Dans ce dernier cas, on la recueille de préférence sur les aréquiers, et on la conserve un certain temps dans des jarres de faïence pour que les impuretés se décantent. Les connaisseurs vont chercher la rosée qui s’est déposée durant la nuit sur les feuilles de lotus du lac de l’Ouest.
On chauffe l’eau dans une bouilloire en argile et non en métal à cause de l’odeur possible sur un petit fourneau chauffé au charbon ou au bois (ici aussi il faut prendre garde que ce dernier n’ait pas d’odeur : bambou, lilas du Japon dont on a enlevé l’écorce, etc.). L’eau ne doit pas atteindre l’ébullition, on l’enlève lorsqu’elle frémit, sinon elle fait perdre au thé de sa saveur.

A voir: voyage au vietnam en famille

Le troisième élément est le service qui comprend la théière et les tasses. La théière, plus ou moins grande selon qu’on boit seul ou avec des amis, doit être en argile d’une qualité telle qu’elle donne tout son arôme au thé (c’est ce qui a fait la renommée des Yixing chinois), son bec assez petit pour que le parfum ne se disperse pas. Quand on boit avec des amis, les tasses ne dépassent pas quatre. Elles sont en porcelaine et très petites pour qu’à la fois l’on sente par le nez et l’on savoure par la bouche. On boit par petites gorgées pour que le doux et l’amer pénètrent et se répandent lentement dans tout le corps. Pour l’œil enfin, on choisit la couleur des tasses selon celle du thé : céladon pour le thé vert profond de Thâi-nguyên, blanc ivoire pour le thé brun rougeâtre.
Le thé, léger, subtil, ne porte pas aux sens comme le vin, il verse la sérénité dans l’âme et la détache des contingences. Selon les anciens, quelques tasses prises tôt le matin en cantilant des vers suffisent à alléger le corps pour qu’il accueille l’énergie (khi) de l’univers. On sait maintenant que le thé a des propriétés stimulantes grâce à la théine et qu’il contient en outre des minéraux (fluor) et des vitamines.

Au contraire du thé, le vin excite plus qu’il n’apaise. On le fabrique par distillation du riz gluant ou ordinaire et on le parfume au lotus, au chrysanthème, à la fleur d’aréquier. En y faisant macérer des médicaments, des geckos, des serpents, il devient un revigorant. La qualité la plus appréciée est le ruou tam ainsi appelé parce que, quand on le verse dans une tasse, des petites bulles (tam) se forment près du bord. En dehors des banquets, il constitue une offrande aux ancêtres et aux génies, un hommage aux officiers et soldats tombés sur les champs de bataille lorsqu’on prononce leur oraison funèbre. Comme le thé, le vin est source d’inspiration poétique, il dissipe les soucis, apaise la solitude, égaie une réunion d’amis dans un jardin ou se promenant en barque sur les fleuves et les lacs. Comme le degré alcoolique est élevé, on le prend dans des tasses minuscules en l’accompagnant de pâtés de porc fermenté (nem) ou frit (cha) ou de viande grillée (thit nuong).

Lesen Sie mehr: Vietnam Rundreise 17 Tage | visiter Vietnam entre Hanoi et Ninh Binh | circuits vietnam cambodge | voyage au vietnam sur mesure | Vacances au Vietnam

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress