Le bien-être 2

Le seul médecin dont l’œuvre a subsisté est Lãn Ông, nom de pinceau de Lê Huu Trác (1720-1790), auteur d’une monumentale encyclopédie médicale H ai thuong y tông tấm linh. Son texte Principes essentiels d’hy¬giène (Vê sinh yêu quyêt) que Trinh Thi Hoài TÚ a étudié, comprend 1088 vers qui exposent l’ensemble des règles pour garder la santé et formulent les dix commandements suivants (p.72) :
– Travailler.
– Se reposer.
– Vivre conformément aux saisons et ne pas s’exposer aux intempéries.
– Ne pas avoir de passions et ne pas oublier les principes de la morale confucéenne.
– Être probe et honnête, pratiquer souvent la méditation thiên.
– Se coucher et se réveiller suivant les saisons, pratiquer la gymnastique corporelle et respiratoire, mener une vie calme et sereine.
– Eviter l’alcool et les femmes. Assouvir ses désirs rend la vie plus courte. Quand l’énergie vitale se perd, la maladie peut s’aggraver.
– Savoir se nourrir, ne jamais trop manger, ne pas prendre des aliments trop épicés, amers ou piquants ou trop froids.
– Savoir se coucher, la tête assez haute tournée vers l’est, les deux mains sur la poitrine : le sommeil sera calme et sans cauchemars.
– Prendre des bains fréquents. Quand on sort, ne pas oublier son chapeau ou son parapluie. Avoir des vêtements chauds contre le froid et l’humidité.

A voir: voyage vietnam famille

Voilà des conseils qu’aucun médecin ne désavouerait. Ceux que Lãn Ông a placés en tête de liste et en conclusion de son livre sont les plus essentiels. Dès le début, il insiste sur l’importaoce du travail, de la modération des désirs, de la vie selon le rythme de la nature (p. 15-21) :
••• Ne nous fatiguons pas à la poursuite des intérêts et de la renommée. Travaillons le jour et reposons-nous la nuit. Grâce au travail, notre corps se maintient en bonne forme. Le travail nous procure de la joie et mobilise nos muscles et nos articulations. L’oisiveté est la mère de tous les vices, elle rouille l’esprit et empêche une bonne circulation du sang. Par contre, le surmenage lui aussi n’est pas conforme à la nature.

Nous devons accomplir les différents actes de la vie (manger, boire, dormir) normalement en suivant le rythme du temps. Pour conserver notre souffle vital originel, nous devons garder notre corps sain et notre esprit intact de tout désir. Quand l’esprit est fort, aucune maladie ne peut attaquer le corps. Quand notre esprit est calme et non assailli de désirs cupides, nous sommes imperméables aux maléfices et aux nuisances. Ayons des besoins raisonnables et contentons-nous de ce que nous obtenons, sans exigences superflues. »

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress