Archive for the ‘La terre et l’eau’ Category

L’édification monarchique 7

Pour créer une classe de fonctionnaires nombreux et loyaux, rien n’était négligé pour parer le concours du prestige le plus grand et exciter l’émulation des candidats. Les docteurs avaient droit aux honneurs du xuong danh, c’est-à-dire à la proclamation de leurs noms et leur inscription sur un panneau d’or à la porte du palais; ils […]

Colonisation et changements 6

Les changements d’apparence sont le plus manifestes, au moins dans les villes. Et d’abord en ce qui concerne le noircissement des dents, coutume qui n’était pas propre au Viêt Nam, mais répandue dans le Sud-Est asiatique et au Japon, y compris chez les hommes. Considéré comme une marque de beauté qui distingue l’humain de l’animal, […]

Colonisation et changements 5

Cependant les transformations écono¬miques et sociales de la colonisation ont fait surgir des classes sociales nouvelles : bour¬geoisie dans le Sud, couches moyennes, prolétariat ouvrier, qui vont orienter le natio¬nalisme dans des voies nouvelles. Le gou¬vernement encourage ou laisse paraître des journaux modérés. Dans le Sud où il y a plus de liberté (la Cochinchine […]

Colonisation et changements 4

Ce texte et d’autres de la même époque appellent au ressourcement, à l’amour de la patrie qu’expriment les vocables non sông (les monts et les fleuves), tô quôc (le pays des ancêtres), dông bào ruôt thit (ceux qui sont comme chair et entrailles). Tous dénoncent l’aliénation coloniale et s’accordent sur la nécessité d’une rénovation culturelle […]

Colonisation et changements 3

La deuxième guerre mondiale, la défaite, le débarquement des Japonais qui attirent une partie des nationalistes. accélèrent l’évolution. Tandis que le recrutement d’indigènes dans l’administration s’élargit, les effectifs scolarisés augmentent à tous les niveaux, davantage en cinq ans (1939-1943) qu’au cours des vingt années précédentes. En 1941- 1944, ils atteignent, en excluant les école» françaises […]

Colonisation et changements 2

Les guerres de l’Opium (1839-1842) son¬nent l’alarme dans toute l’Asie orientale, L’Angleterre et la France cherchent toutes deux une voie d’accès à l’immense marché chinois. Tandis que la première acquiert Hongkong (1842), la seconde envisage d’oc¬cuper une base analogue sur la côte vietna-mienne. Ainsi débutera la conquête da la Cochinchine (1858-1867), suivie par la main¬mise […]

Colonisation et changements 1

Les premiers Européens qui, au XVIe siècle, débarquent au Dai Viêt sont les Portugais qui font le commerce de l’Inde en Chine. Ils sont suivis au siècle suivant par les Hollandais, les Anglais et les Français, des deux ports étant Hôi-an au Sud et Phô-hiên au Nord. La première mission est fondée en 1615 par […]

L’édification monarchique 10

Les empereurs Minh-mang (1820-1841), puis Tu-duc (1848-1884), n’étaient pas sans se rendre compte des maux que connaissait l’Etat. Mais, prisonniers de leur éducation et de leur culture, ignorants de l’évolution du monde, ils ne savaient comment réformer les institutions. Faute d’innovations tech­niques améliorant la productivité agricole, l’économie stagnait. Marchands et artisans restaient au bas de […]

L’édification monarchique 9

Appuyé sur le grenier du Sud, les lettrés traditionnels, les propriétaires fonciers et un contingent de volontaires français lui assurant une nette supériorité en artillerie et en marine, l’héritier des Nguyên, Ánh, triomphe de ses ennemis et reconstitue l’unité. Le pays prend le nom de Viêt Nam et a sa capitale à Huê à égale […]

L’édification monarchique 8

La monarchie des Lê se distingue encore des précédentes par une législation sociale progressive, notamment la suppression presque complète de l’esclavage et des lati¬fundia des nobles, et la normalisation du partage périodique des terres communales entre les habitants. Ces mesures contribuent à aug¬menter la productivité du travail et à encourager la propriété privée, favorisée d’un […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 8

Dans la dernière Constitution (1992), la « dictature du prolétariat » n’est plus mentionée, l’article 69 reconnaît les libertés d’expression, de presse, d’information, de réunion, d’association, de manifestation « selon les conditions de la loi ». Ce condi¬tionnel permet toutes les restrictions. Selon l’article 4, le Parti communiste dirige l’Etat et la société. Toutes activités, […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 7

Au plan social, de nombreux services gratuits sont devenus payants. Il en est ainsi notamment de la santé et de l’éducation. Sur le premier plant, le Sud recevait une aide américaine, le Nord celle des pays communistes. 1975 a entraîné le départ de quelque 3000 médecins et enseignants. Tandis que la part du PIB consacrée […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 6

La croissance a élevé le niveau de vie. Le revenu mensuel moyen est passé de 178.000 dông en 1994 à 295.000 dông en 1999 (soit de 12,7 à 21 dollars). Mais la différenciation sociale s’est creusée. Entre les 20 % les plus riches et les 20 % les plus pauvres, l’écart est passé de 65 […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 5

C’est dans le domaine social que les plus grands succès ont été remportés. L’analphabétisme a été pratiquement éliminé sauf dans les zones montagneuses. Des écri¬tures ont été créées pour les minorités qui n’en possédaient pas. L’enseignement se fait en langue nationale à tous les niveaux. A la fin des années 70, le quart de la […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 4

Or la « dictature du prolétariat » repose sur des instruments conceptuels prétendument tirés de Marx et d’Engels, mais qui sont en réa¬lité la transformation par Staline de constats historiques ou de notions explicatives en principes d’action politique ou économique. Alors que l’un des aspects fondamentaux de la pensée marxiste, la critique de l’existant devient purement […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 3

Très vite les publications sont interdites, d’autant plus que le régime connaît de graves difficultés économiques et sociales, marquées par la révélation des « erreurs » de la réforme agraire et l’éclatement de troubles ruraux, et que l’intensification des attaques américaines fait craindre une invasion du Nord. Au Congrès des Lettres et des Arts de […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 2

Le tri est le sens du bien et du mal. Cette notion ne fait pas double emploi avec le nhan, elle permet de distinguer entre les bons et les mauvais, entre les bonnes et les mauvaises actions. Ceci afin de faire le bien et d’éviter le mal. Pour Confucius, le bien c’est d’abord la piété […]

De la « construction socialiste » à la « rénovation » 1

La créativité dont le Parti communiste viet¬namien a fait preuve clans la conduite de la résistance où il s’est nourri d’une longue tradition nationale, ne s’est pas manifestée dans les domaines, tout nouveaux pour lui, de la construction économique et sociale. Ici, dépourvu d’histoire et de culture, il a copié de façon mécanique le modèle […]

Stratégie et tactique 4

Tels sont les enseignements qu’on peut dégager de l’expérience vietnamienne. Si Giáp est le plus connu des stratèges, il n’a pas été le seul. En fait, Hô Chí Minh lui- même a jeté les bases de la ligne du parti dans ce domaine en donnant la priorité à l’action politique sur l’action militaire dès le […]

Stratégie et tactique 3

Ce qui frappe l’observateur des deux résis¬tances vietnamiennes, c’est l’intelligence de ces rapports de forces, grâce à laquelle les stratèges vietnamiens ont pu développer leurs points forts, empêcher l’adversaire de mettre en œuvre les siens et le réduire finalement à l’impuissance. De telles analyses furent faites avant d’accepter la bataille de Diên-biên- phu en 1953-1954 […]

Powered by WordPress